La perte d’autonomie est une étape difficile pour les personnes âgées comme pour leurs familles. Perte d’équilibre, troubles de la mémoire, difficulté à réaliser les tâches du quotidien… Les signes sont nombreux, mais pas toujours faciles à décrypter. Comment savoir si la situation nécessite une prise en charge ? Comment éviter la maison de retraite ?

La perte d’autonomie : de quoi s’agit-il ?

La perte d’autonomie se manifeste quand une personne n’est plus en mesure d’accomplir seule les actes de la vie quotidienne : cuisiner, faire sa toilette, faire ses courses… Parfois, une chute ou un accident comme un AVC accélère brutalement cette perte d’autonomie. La fracture du col du fémur, la plus fréquente, est par exemple responsable d’une invalidité dans 20 à 25 % des cas ! En revanche, quand la perte d’autonomie est progressive, elle peut passer inaperçue pendant plusieurs mois. Car la personne âgée s’adapte aux troubles qui surviennent. Elle monte moins les escaliers, ne lit plus, reste plus souvent assise… mais ne s’en plaint pas toujours. La peur d’être placée en maison de retraite est parfois à l’origine de ce silence.

Les petits signes qui ne trompent pas

Outre les accidents, de nombreuses pathologies sont responsables de la perte d’autonomie et génèrent des changements de comportement identifiables par l’entourage. Par exemple, le diabète et l’arthrose rendent la montée de marches difficile, la maladie d’Alzheimer entraîne des troubles profonds de la mémoire, l’insuffisance cardiaque empêche de porter des sacs lourds, la démence amène la personne malade à répéter la même histoire avec les mêmes mots de nombreuses fois… Lorsque ces signes apparaissent de manière récurrente, il convient de penser à une solution de prise en charge. Car inéluctablement, la perte d’autonomie s’aggrave avec le temps.

Prendre en charge la dépendance, en douceur

Il est important d’analyser de manière précise le niveau de dépendance de la personne âgée à l’instant T. Chez Apimoun, la prise en charge démarre toujours par un bilan personnalisé, avec elle et sa famille, sur ses besoins, son mode de vie, ses habitudes. En général, la première étape est souvent de la mettre en sécurité. Cela peut passer par la mise en place d’une garde de nuit ou d’un traceur de géolocalisation, permettant à la personne âgée d’alerter sa famille ou un plateau de téléassistance en cas de problème. Il convient aussi de combler la perte d’autonomie dans les tâches quotidiennes. Pour certaines personnes âgées, la priorité sera d’être secondée dans les tâches comme le ménage ou les courses. Pour d’autres, l’état de santé nécessitera un suivi quotidien. Dans tous les cas, un projet d’accompagnement personnalisé est nécessaire permettre à la personne âgée de rester le plus longtemps possible chez elle.

Vous souhaitez établir un projet d’accompagnement d’un parent ? Contactez-nous !